Widgets Amazon.fr

[Plan du site] Vous êtes ici --->Accueil>>Section orthographe>>Confusions orthographiques à éviter
Ne plus confondre :
Les liens de Bien écrire.org
Les liens utiles



image titre confusions
Comment savoir s'il faut écrire "ces" ou "ses", ou encore s'il faut choisir entre "quand" ou "quant", ou bien si l'on doit écrire "se" ou "ce" ?

En fait, pour ne jamais se tromper entre tous ces homophones, il faut tout simplement savoir de quoi on parle. C'est d'ailleurs précisément pour ça qu'il existe autant de différences entre des mots avec des sons identiques : d'un seul coup d'œil, on doit être capable de savoir de quoi on parle rien qu'en regardant l'orthographe du mot en question.

Mais soyez rassuré, la plupart du temps, les règles pour bien identifier ces différences sont souvent faciles à comprendre. En plus, il existe souvent des petites astuces à utiliser pour ne pas se tromper.

Voyons tout cela ensemble.

Annonces amazon.fr : Pour ne plus faire de confusions - Exercices d'orthographe - L'orthographe pour tous
Sommaire de la section : (homophones classés par ordre alphabétique)
  1. à - a
  2. à l'attention de - à l'intention de
  3. autant - au temps
  4. C'est, s'est - c'était, s'était
  5. Ces - ses
  6. et - est
  7. Là, la, l'a - çà, ça - où, ou
  8. Leur (adjectif possessif) - leur (pronom personnel)
  9. ma - m'a
  10. on - ont
  11. par ce que - parce que
  12. Peu - peut
  13. Près, prêt, - plus tôt, plutôt
  14. Quant - quand - qu'en
  15. Quel(s) - quelle(s) - qu'elle(s)
  16. Quoique - quoi que
  17. Sa - ça
  18. Sans, s'en, c'en - dans, d'en
  19. Se - Ce
  20. Si, s'y - ni, n'y
  21. tant - t'en - temps - tend - tends
  22. tous - tout
  23. voir - voire

  1. à - a   (Voir la leçon en vidéo)

  2. "a" sans accent est le verbe avoir, conjugué à la troisième personne du singulier (il, elle, on), du présent de l'indicatif.

    Exemple :

          - Elle a une nouvelle coupe de cheveux.

    "à" avec accent (grave) est une préposition de lieu, de temps...

    Exemple :

          - Elle a rendez-vous chez le coiffeur à dix heures.

    Pour ne plus jamais confondre a et à, appliquez cette astuce qui fonctionne à chaque fois :

    Remplacez toujours le "a" de votre phrase par "avait". Si votre phrase garde toujours un sens, c'est qu'il s'agit du verbe avoir, donc il faut écrire le "a" sans accent. Sinon, il s'agit d'une préposition, et il faut écrire le "à" avec accent.

    Exemple :

          - Jean (il) a (avait) une voiture rouge.

    En remplaçant "a" par "avait", la phrase garde un sens.

          - Jean (il) va chercher sa fiancée à (avait) la gare.

          - Il a (avait) faim. Passons à (avait) table.

    En remplaçant "à" par "avait", la phrase perd son sens. Donc, on doit bien écrire "à".

  3. à l'attention de - à l'intention de  (Voir la leçon en vidéo)

  4. À l'attention de est une formule employée dans un courrier administratif lorsque l'on veut indiquer son destinataire.

    À l'intention de (quelqu'un) est une locution qui signifie "pour lui, dans le but de lui être agréable, bénéfique".

          - À l'attention de Monsieur le Directeur. (On indique, en en-tête de lettre, que le destinataire du courrier est bien le directeur. Il est porté à son attention.)

          - Il a composé ce discours à l'intention de ses invités, afin de leur exprimer sa reconnaissance. (Lorsque l'on n'est plus dans le cadre d'un courrier administratif, on emploie "a l'intention de")

  5. autant - au temps

  6. S'il y a bien une confusion que l'on fait souvent, c'est assurément dans l'expression "autant / au temps pour moi" !

    Employée pour exprimer la reconnaissance de son erreur, on a depuis longtemps oublié sa véritable origine qui trouve son point de départ dans le vocabulaire militaire. Cette expression était alors employée pour mettre au pas une troupe de soldats lors de la manipulation de leur fusil.

    On pouvait alors entendre "Au temps pour les crosses !" Lorsque les crosses des fusils ne claquaient pas à l'unisson au creux de la paume des soldats, afin de faire refaire la manœuvre pour qu'elle soit parfaite.

    Depuis cette expression a toujours son sens premier qui est de signaler une erreur, mais elle est passée dans le langage courant et ne concerne plus le milieu militaire.

    Donc l'orthographe correcte est de dire "Au temps pour moi" lorsque l'on admet son erreur, même si l'adverbe "autant" est aujourd'hui tellement utilisé dans cette expression que finalement on tolère les deux orthographes.

  7. C'est, s'est - c'était, s'était

  8. Ici, rien de bien compliqué ! Il s'agit de la même règle que pour se et ce.

    Le s' est la forme contractée de se.

    Le c' est la forme contractée de ce.

    On applique donc la même règle en remplaçant le s' par se, et le c' par ce.

  9. Ces - ses

  10. Ces est un adjectif démonstratif et pluriel de ce, cet, cette.

    Ses est un adjectif possessif et pluriel de son ou de sa.

    L'astuce pour ne pas se tromper est de voir si, après le nom, on peut dire "les siens", "les siennes". Alors on écrit ses :

          - Il a mis ses mains (les siennes) en avant pour se proteger du soleil.

          - tu as vu ces nuages (on ne peut pas dire : les siens) menaçants ?

  11. et - est

  12. Et est une conjonction de coordination que l'on peut remplacer par et puis

    Est est la conjugaison du verbe être (il est).

          - Il est l'heure de se lever et (et puis) d'aller à l'école.





  13. Là, la, l'a - çà, ça - où, ou

  14. Les adverbes de lieu çà et prennent un accent grave, et marque une indication de lieu.

    Lorsque ça ne prend pas d'accent, c'est qu'il s'agit de la contraction de cela.

          - Dans le prè poussaient çà et des coquelicots. ça (cela) ressemblait à un tableau de maître.

          - La (article) graine avait germé où on l'avait semé.

          - Vite ! Arthur n'a pas vu l'heure, il va rater son train ! Ouf, il l'a attrapé de justesse. (auxiliaire avoir. Voir confusion n°13 : à - a )

    On met un accent sur le quand on veut marquer une indication de temps ou de lieu.

    Sinon il s'agit du ou conjonction de coordination, que l'on peut remplacer par ou bien.

          - Je ne sais pas (on ne peut pas dire "ou bien") tu vas, mais ne rentre pas tard ou (ou bien) tu n'auras rien à manger !

  15. Leur(s) (adjectif possessif) - leur (pronom personnel)

  16. imageHeu... pourquoi faire une différence entre les deux ? Ils s'écrivent bien pareil ?



    Et bien en fait, ils ne s'écrivent pas tout à fait pareil.

    Leur(s), adjectif possessif, prend la lettre s quand il se rapporte à un nom pluriel, contrairement à leur, pronom personnel qui est invariable :

          - Le vent chargé de sable leur piquait les yeux, et le sel brûlait leurs bouches. (Leurs, adjectif possessif se rapporte bien au nom "bouches" qui est au pluriel. Il s'écrit évidemment au singulier si le nom auquel il se rapporte est aussi au singulier)

  17. ma - m'a

  18. Il est important de ne pas confondre l'adjectif possessif ma, et m'a, qui est le verbe avoir conjugué :

    Ma est un adjectif possessif employé à la première personne du singulier. ma, ta, sa, notre, votre, leur...

          - ma voiture, ma main.

          - Il a pris ma voiture !

    "M'a", fait référence au verbe (auxiliaire) avoir. Si on peut dire "m'avait" au lieu de "m'a", nous sommes bien en présence du verbe avoir et non du pronom personnel. En fait,si on peut le conjuguer, c'est bien le verbe et non l'adjectif possessif.

          - Il m'a pris ma voiture !

          - Il m'avait pris ma voiture ! On ne peut pas remplacer le second "ma" par "m'avait" sinon la phrase ne veut rien dire, donc il s'agit bien du pronom personnel.

  19. on - ont

  20. On, sans le "t" est un pronom indéfini (il n'indique pas précisément de qui il s'agit). Il définit toujours le sujet de la phrase.

          - Dès qu'il fera beau, on ira à la plage.

    Une astuce simple pour savoir s'il s'agit bien d'un pronom : remplacez le pronom "on" par un autre (il, elle...)

          - Dès qu'il fera beau, elle ira à la plage. (si la phrase garde tout son sens, c'est qu'il faut bien écrire "on" sans "t")

    Ont, avec le "t" est le verbe avoir conjugué à la troisième personne du pluriel, du passé composé ou du présent de l'indicatif.

          - Ils ont mangé toute la tarte au citron !

          - Elles ont les cheveux bouclés toutes les deux.

    L'astuce pour savoir s'il s'agit bien du verbe avoir (et pas du pronom on) est de changer de temps ou de personne :

          - tu as mangé toute la tarte au citron !

          - Elles avaient les cheveux bouclés toutes les deux.

    Si on peut toujours conjuguer le verbe avoir, il faut bien écrire "ont".

  21. par ce que - parce que

  22. parce que est une conjonction de coordination (locution conjonctive pour être plus précis), qui sert dans une phrase à introduire une explication, une cause (proposition -partie de la phrase composé d'un sujet et d'un groupe verbal- subordonnée -qui dépend d'une autre proposition-), et qui répond à la question : pourquoi ?

          - Le chat miaulait à la fenêtre parce qu'il voulait rentrer au chaud. (pourquoi est-ce que le chat miaulait à la fenêtre ?)

    Astuce : "parce que" est juste si on peut le remplacer par "car".

    par ce que est composé de la préposition "par", du pronom "ce" et de "que" (introduisant une proposition relative -proposition subordonnée introduite par un pronom relatif : que, qui...-) pour répondre à la question : quoi ?

          - Il est vraiment déçu par ce qu'il a commandé. (par quoi est-il déçu ?)

    Astuce : "par ce que" est juste si on peut le remplacer par "par cela".

  23. Peu - peut

  24. Peu, sans la lettre t est un adverbe de quantité.

    Peut, avec la lettre t (ou x) est la conjugaison du verbe pouvoir, à la troisième personne du singulier (je peux, tu peux, il peut).

    Donc, si on peut mettre l'imparfait pouvait par exemple, il faut écrire peut

          - il a peu (on ne peut pas remplacer par "pouvait") d'experience, mais il sait qu'il peut (pouvait) y arriver !

  25. Près, prêt, - plus tôt, plutôt

  26. Pour faire la différence entre près et prêt, il suffit de regarder si on peut mettre prêt au féminin. Si ce n'est pas possible, on écrit près.

          - Les avions près de la tour de contrôle sont prêts (prêtes) à decoller.

    Pour faire la différence entre plus tôt et plutôt, il suffit de regarder si le contraire du mot est plus tard. On l'écrit alors en deux mots. Sinon, on l'écrit en un seul mot.

          - Plutôt que de vous disputer, travaillez ensemble, vous finirez plus tôt (contraire de plus tard).

  27. Quant - quand - qu'en

  28. Quand, avec la lettre d, est un mot qui marque une indication de temps. D'ailleurs, on peut le remplacer par lorsque.

    Quant, avec la lettre t, est un mot qui peut être remplacé par en ce qui concerne. Il est suivi de la préposition à ou au(x).

    Quant à qu'en, il s'agit de la contraction de que...en.

          - Il a le mal de mer quand (lorsque) il prend le bateau.

          - Ils sont tous partis. Quant à moi, je reste encore un peu.(en ce qui me concerne).

          - Il est beau ce tableau ! Qu'en (que...en) penses-tu ? (tu en penses quoi ?)

  29. Quel(s) - quelle(s) - qu'elle(s)

  30. Quel(lles) est un adjectif, donc variable en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte.

    Qu'elle par contre, est la contraction de que et elle.

    Donc, pour ne pas les confondre, il suffit de voir si on peut remplacer qu'elle par qu'il. Alors on est sûr qu'on ne peut pas écrire quel.

          - Quelle belle journée ! (On ne peut pas remplacer quelle par qu'il)

          - J'ai lu le livre qu'elle m'a prêté. (On peut remplacer qu'elle par qu'il)

  31. Quoique - quoi que

  32. Quoique en un seul mot est une conjonction de coordination que l'on peut remplacer par bien que.

    Quoi que en deux mots est un pronom relatif indéfini.

          - Quoique (bien que) le fleuve était un peu plus calme, la crue menaçait toujours.

          - Quoi que (On ne peut pas dire "bien que").

  33. Sa - ça   (Voir la leçon en vidéo)

  34. "sa", est un adjectif possessif employé à la troisième personne du singulier. ma, ta, sa, notre, votre, leur...

          - sa maison, sa tête.

          - Il nous a fait visiter sa maison.


    "ça", est un pronom démonstratif. Si on peut dire "cela" au lieu de "ça", nous sommes bien en présence du pronom démonstratif et pas de l'adjectif possessif (ça étant la contraction de cela).

          - Demain on va au parc d'attraction avec sa voiture, ça sera génial !

          - Demain on va au parc d'attraction avec sa voiture, cela sera génial ! On ne peut pas remplacer le premier "sa" par "cela" sinon la phrase ne veut rien dire, donc il s'agit bien de l'adjectif possessif.

  35. Sans, s'en, c'en - dans, d'en

  36. Sans et dans sont des prépositions.

    S'en et d'en sont des contractions de se...en et de...en.

    Donc si on peut dire : se ou de... suivi du verbe que l'on met à l'infinitif, on doit bien écrire s'en ou d'en. Sinon il s'agit des prépositions sans et dans.

          - Il est parti sans ses cigarettes, et il fait tout pour s'en passer(se passer).

          - Les enfants écoutent attentivement l'histoire du Petit Poucet perdu dans la forêt, et sont impatients d'en connaitre (de connaitre) la suite.

  37. Se - Ce

  38. Ce est un adjectif ou un pronom démonstratif.

    Se est un pronom personnel réfléchi (se et le sujet désignent la même entité), employé dans la conjugaison des verbes pronominaux à la troisième personne du singulier.

    L'astuce dans ce cas, est de voir si on peut remplacer se par me ou te. Si c'est le cas, on écrit se et non ce.

          - Il se voit dans le reflet de la mare. (On peut conjuguer : je me vois, tu te vois, il se voit)

          - Ce grand camion bloque la route. (On ne peut pas remplacer ce par me ou te)

  39. Si, s'y - ni, n'y

  40. Il s'agit de la même règle que pour sans et s'en.

    Le s'y est la forme contractée de se...y.

    Le n'y est la forme contractée de n'y.

    On applique donc la même règle en remplaçant le s'y par se, et le n'y par ne.

          - Il a si faim en passant devant la boulangerie, qu'il s'y arrêterait (s'arrêter) bien.

          - Il veut à tout prix gagner cette course, et ni la pluie ni le vent n'y changeront rien (ne changeront rien).

  41. tant - t'en - temps - tend - tends

  42. Tant est un adverbe qu'on utilise pour exprimer une quantité. Un moyen simple pour savoir s'il faut l'employer est de le remplacer par "tellement", "aussi" ou "autant" selon le contexte de la phrase.

          - Il a tant plu que la rivière déborde. (on peut bien remplacer "tant" par "tellement" dans le cas de cette phrase)

    T'en est employé lors de la conjugaison d'un verbe pronominal, à la deuxième personne du singulier.

          - L'épreuve est difficile, mais je sais que tu t'en sortiras.

    Pour savoir s'il faut employer "t'en", il suffit de le remplacer par "je m'en" (première personne du singulier). Si la phrase reste compréhensible, c'est juste.

          - L'épreuve est difficile, mais je sais que je m'en sortirai.

    Temps est un nom masculin invariable, qui signifie "la durée" (moment, période...) ou à un sens météorologique.

          - J'ai tout le temps devant moi pour réussir cet exercice. (temps = durée, moment)

          - Quel temps fait-il chez toi ?. (temps = conditions météoroliques : pluie, soleil...)

    tend est la conjugaison du verbe tendre à la troisième personne du singulier au présent de l'indicatif

          - Il tend les deux mains au dessus de sa tête pour saluer la foule.

    tends est la conjugaison du verbe tendre.

          - "tu tends la corde de ton arc au maximum pour tirer ta flèche", lui demande son instructeur. (deuxième -ou première- personne du singulier au présent de l'indicatif)

          - "Tends bien tes bras le long du corps !", lui dit son professeur de gymnastique. (deuxième personne de l'impératif présent)

  43. tous - tout   (Voir la leçon en vidéo)

  44. Pour bien faire la différence entre tout et tous, que l'on parle d'un adverbe, d'un adjectif ou d'un nom, une règle simple permet de ne jamais se tromper. Il faut identifier dans quel cas suivant on se trouve :

    Tout : masculin singulier.

          - Tout le vin a été bu.

          - Regardez tout le travail qu'il reste à faire.


    Tous : masculin pluriel.

          - Tous les ans, nous partons à la mer.

          - Il a mangé tous les bonbons en cachette.


    Toute : féminin singulier.

          - Toute la journée a été pénible.

          - Il a dégagé toute la neige devant chez lui.


    Toutes : féminin pluriel.

          - Toutes les nuits, la chouette chasse pour ses petits.

          - Toutes les vaches sont rentrées à l'étable.


  45. voir - voire

  46. L'emploi de voire avec le sens de même reste pourtant controversé, car son sens premier signifiait "vraiment" ou "vrai". Il a dérivé au fil du temps pour finir par vouloir dire aujourd'hui, "même".

          - Elle a mis ses lunettes pour mieux voir le paysage. (on ne peut pas remplacer "voir" par "même")

          - Depuis qu'il ne met plus d'engrais chimique dans ses champs, cet agriculteur produit autant de récolte qu'avant, voire plus. (et même plus)

    Il reste important de bien faire attention à ne pas employer "voire" et "même" en même temps, car ce serait une faute, sauf si on conserve le sens originel de "voire", ce qui signifie alors : "et même vraiment". Tout est donc affaire d'interprétation pour que la phrase soit correcte.



Partagez cette page :

    




Réclames




Soutien scolaire à domicile
Communauté
Bien écrire.org©
Recherches
Plan du site
Contact
Données personnelles
Liens utiles
Partenaires
En savoir plus
 
Menu
Grammaire
Orthographe
Conjugaison
Vocabulaire
Dictées
Modèles de lettres
S.O.S. Modèles de lettres
La boutique
Référencement
Top Maroc Guide web indeXweb.info Forums referencement naturel Google annuaire enseignement culture annuaire image Annuaire Web France
Cours particuliers paris
Top-Annuaire
Annuaire Liens Web
Annuaire Tunisie
50 passionnés de français connectés, sur Bien écrire.org.
Le français, c'est pas sorcier !
Des fiches techniques et des exercices de français pour tous.
Bien écrire.org© 2008-2014. Tout écrit diffusé sur Bien écrire.org© appartient à son auteur.
Toute utilisation commerciale ou dans un site personnel, est strictement interdite sans l'accord préalable de l'auteur.